Les Grandes Filles Mode'lles

Futile, utile, bien dans ta ville

31/01/08

"Five ways to end it" (The Long Blondes*)

Où j'ai vraiment eu du mal à choisir et je me dis finalement que le Top 50, y'a que ça de vrai Flash Back. Vous ne vous en souvenez peut-être pas mais en 2007, Britney Spears s'est rasé la tête, Dominique Strauss-Kahn est allé FMIster et vous vous êtes demandé chaque matin comment on mettait le jean large sans ressembler à Constance-Marie, la militante étudiante qui en "a marre de cette société mercantiliste putain". Moi, je me souviens. Et je me souviens aussi qu'une certaine Fée m'a demandé il y a trois semaines,... [Lire la suite]
Posté par Gall à 04:10:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]

29/01/08

"Ana" (The Pixies)

Où je dis à la Porte de Versailles qu'elle arrête de se demander Who's Next ? parce que j'ai trouvé On croyait depuis la paëlla et le chorizo, depuis Pénélopé et Pédro, que l'Espagne n'avait plus rien livré de beau. On avait tort, et diablement même. Le démenti tient en 8 lettres, et en une bubble-gummeuse sonorité : Malababa. Ni Carambar ni Malabar, mais Caramba, Malababa, cada dia se la traga mi corazon, une ligne de bijouterie et de maroquinerie lancée en 2000 par Ana Carasco . Ana et ses jolies choses tenaient stand au... [Lire la suite]
Posté par Gall à 06:15:00 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
28/01/08

"High Down" (Helluvah*)

Où j'ai pas le syndrome du corn-flake, mais où je comprends mieux Josiane Balasko Et des States elles sont arrivées, en un coup de vent et de sonnette. Moi, un sourire au facteur dans mon foireux pyjama Hello Kitty, un coeur qui bat la chabadabade. Elles, un grand carton, une grande boîte dans un grand carton, deux exquisités dans une grande boîte. Aubergine et 41. Isabelles comme pas possible. Bottes Isabel Marant aubergine Après? Après, on les regarde. On les passe même pas. On  les laisse en évidence pour les... [Lire la suite]
Posté par Gall à 06:36:00 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
24/01/08

"On High Heels" (Motley Crue)

Ou essai sur le port du talon, même petit, par une fille bien dans ses baskets 8h. La France se lève. 9h. Le reste de la France se lève.10h. Galliane se lève. 10h15. Galliane se lève vraiment, y'a Beverly Hills à la télé. 11h. Il est temps quand même de travailler. Ordi allumé. Document word ouvert. Fenêtres de blogs divers ouvertes. 11h30. Il est temps de commencer à travailler. Emails à des attachées de presse, demandes photos, rédaction de brèves à intérêt variable sur le dernier frigidaire qui sert aussi un expresso.11h31.... [Lire la suite]
Posté par Gall à 06:40:00 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
22/01/08

"New Soul" (Yaël Naïm)

Ou comment, alors que certains partent bling blinger sur les pistes de Val Thorens, je proclame l'été ici hic et nunc Le genre de fille qu'on adorerait détester s'appelle Flore et je l'ai rencontrée. Elle a de longs cheveux soyeux. Elle a des yeux clairs en amande, une tenue qu'elle semble née avec sur le dos tellement tout va sans avoir l'air d'avoir été réfléchi. Avec elle, l'habit fait la fée. Ca fait déjà beaucoup, mais avec Flore ce n'est pas assez. Elle a décidé d'avoir du talent et elle le gère plutôt bien, puisqu'elle a... [Lire la suite]
Posté par Gall à 07:13:00 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
21/01/08

"Hype" (Tegan & Sara, mes adorées)

Ou comment je réussis un mix entre "La classe" sans Fabrice et "Corinna, Corinna", sans Whoopi Goldberg Interro surprise du vendredi. Sortez les Reynolds et les copies doubles, une marge de six carreaux bien droite, le thème de la dissertation du jour : "Etre hype". Vous avez cinq minutes. Moi, comme j'avais plus trop d'encre (j'ai tout teint en bleu, la semaine dernière, vous vous rappelez pas?), comme c'est un sujet que je ne maîtrise pas vraiment (je mange de la soupe instantanée Royco, je... [Lire la suite]
Posté par Gall à 07:14:00 - - Commentaires [55] - Permalien [#]

18/01/08

"Villages, villages" (Désire Lasse)

Ou comment je décentralise mon propos pour fidéliser mon lectorat qui a forcément pleuré devant Bambi On pourrait croire que, mais non. Que je ne parle que Parisienne, adresse parisienne, Parisienne qui va au concert à Paris et Parisienne qui s'achète un collier Bambi. Plus jeune, j'ai appris avec le sage poète Maxime L. F qu'on ne choisit pas ses parents, sa famille, qu'on ne choisit pas non plus les trottoirs de Manille, de Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher. Toi lectrice, tu as appris à marcher où, d'abord? Gueugnon,... [Lire la suite]
Posté par Gall à 07:43:00 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
17/01/08

"Handbags and Gladrags" (The Stereophonics)

Ou comment je propose une leçon inaugurale sur le porté de pochette en milieu urbain tempéré Etait-ce le bon jour pour tomber le masque, ou plutôt, tomber la frange dans mon cas, l'histoire avec un petit h nous le dira. Les faits sont là, malgré tous mes artifilles pour les dissimuler : bien que Marant maniac' et Erotokritomane, bien que que de grand coeur et grande taille, je suis d'une classe  moyenne. Les plateaux Chloé, les manteaux en zibeline et la bague Mauboussin qui va avec, cela ne passe pas par moi. Autant dire que... [Lire la suite]
Posté par Gall à 07:36:00 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
15/01/08

"The limit to your love" (Feist)

Ou comment les non-Parisiennes vont encore m'en vouloir mais bon, tous mes voeux les plus cordiaux Puisqu'aujourd'hui, il faut vivre ou survivre, pour reprendre la philosophe de nos cours de récré Star Club Nadiya,  j'ai décidé de continuer à vivre dangereusement.  Depuis un mois (et ma découverte de la fripe), vous le savez. Depuis hier (mon escamotage d'orteil enbotté), vous le mesurez. Donc samedi, en grande baroudeuse qui met du 40 alors qu'elle chausse du 41, j'ai délaissé mon traditionnel Haut-Marais (cage).... [Lire la suite]
Posté par Gall à 07:02:00 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
14/01/08

"Le plat pays" (Jacques Brel)

Ou comment il sera question de gommes fantaisie, d'étiquettes de vêtement et de chèques en blancY'en a qui collectionnent les bouchons de champagne. Y'en a qui collectionnent les migraines. Y'en a qui roulent leurs bosses du Brésil en Ukraine, et y'en a même ... Même, qui comme moi, qui ont subi une dérive financièrement contestable. 11 ans : je collectionne les étiquettes de vêtement, youpie Benetton et Pimkie c'est trop de la balle, est ce que Mickaël viendra à la boum vendredi, tu m'écris un mot sur mon agenda Chipie? 14 ans : je... [Lire la suite]
Posté par Gall à 07:13:00 - - Commentaires [61] - Permalien [#]