Les Grandes Filles Mode'lles

Futile, utile, bien dans ta ville

19/02/08

"Je suis venue te dire que je m'en vais" (Serge...)

Mon nouveau chez moi, c'est .

Http://lesgrandesfillesmodeles.com 

A tout de suite !

Posté par Gall à 10:17:41 - My Life - Commentaires [0] - Permalien [#]

15/02/08

"Jeu du foulard" (Coralie Clément)

Ou comment je n'ai pas encore été contactée par l'UFC Que Choisir, mais ça ne saurait tarder

Il fallait que ça me reprenne. C'était obligé que ça me reprenne. Lundi, Joëlle Goron s'est à nouveau emparé de mon corps. Inopinément, rue Etienne Marcel, alors que je CSSais avec mon casque d'ingénieur du son sur les oreilles, Alala, alala (I'm so cool). Lieu de l'impact : la vitrine Et Vous, et moi, et moi, et moi qui m'excite devant un foulard bleu parfaitement noué. Heure : 17h18, j'dirais, vu l'inclinaison du soleil par rapport à la façade de la Poste.

foulard_et_vous

Photo Et Vous, collection printemps-été 2008

Karine a l'air si heureuse sur cette photo, wouhou c'est l'été, Jérémy a enfin arrêté les Chocopops et il ne lui prend plus sa crème de jour, bientôt une semaine de vacances à Etretat, la météo a promis un jour de soleil, et elle se sent bien avec son total look Et Vous. Et dire que son foulard a coûté comme son pantalon, soit ... 40 euros.

Je ne suis pas Karine, mon Brun préfère les Clusters et surtout, quand j'ai vu le prix de ces minces étoles (bleu, blanc, rose, pour celles qui), j'ai tourné talon et grommelé grognon.  Autant me la découper dans la nappe de Tatie, mon écharpe-foulard.

Trois trottoirs plus loin, H&M des Halles, et tout à fait ce qu'il me faut. 7,90 euros, rayon homme, rayon femme.

foulardfillefoulardhomme

foulardbleu029

Si j'étais bonne fille, mais ça se saurait, je vous donnerais céans un guide de "Comment je mets mon foulard sans me saucissonner façon Justin Bridou." Comment on l'entortille méthodiquement sur lui-même avant de... Et puis non, le freestyle, y'a que ça de vrai (avec les Clusters). Le foulard n'a rien d'un jeu d'enfant. Vraiment rien.

Jeu du foulard, doigt dans les jupes, dans la nuit noire, que c'est beau la ZUP, jeu de massacre...
www.myspace.com/coralieclement

Posté par Gall à 04:15:00 - My Fucking coup de gueule - Commentaires [4] - Permalien [#]

14/02/08

"My moon, my man" (Feist)

Ou vous croyiez quand même pas que j'allais parler de mode un jour pareil

Il met du parfum vers 23h30, avant d'aller se coucher. Pour moi, qu'il dit. Il fait chaque jour la vaisselle avec son Dégraiss'Boy vert fluo. Il attend toujours que je sois rentrée du boulot, souvent à 1H15 du matin, pour s'endormir. Il entasse ses pièces de monnaie dans un bol que j'essaie de cacher le mieux possible mais qui réapparaît toujours dans notre salon. Il se lève chaque dimanche matin pour aller chercher le pain et mes chouquettes. Il achète toujours les nouveaux CD de mes artistes préférés qui deviennent les siens, "mais tu peux pas avoir tes propres goûts", j'hurle, il rit. Il ressemble un peu à Gaspard Ulliel, un peu à Adrian Brody, un peu à Ashton Kutcher, dans mes yeux, ceux de mes copines, et c'est déjà bien.

Le 1er février, il m'a emmenée là. Parce qu'il m'a dit que la Saint-Valentin, c'est de la merde et qu'on célèbre pas l'amour à une date fixe comme des cons.

011

009

Il m'a laissée prendre mon bain en premier, même. Et il a ri, aussi fort que moi, quand il a vu le portrait d'André (le mec trop hype qui graffe et sort avec Melle de Caunes) totalement à poil dans les toilettes de la chambre.
Il a aussi promis de me prendre en photo pour "mon con de blog". Alors, un peu de Valli pour mon funny Valentin, the more I see you, the more I want you, see how this feeling, just grows and grows... lalala la la... lalala... lalalaa

Posté par Gall à 04:47:00 - My Life - Commentaires [40] - Permalien [#]

12/02/08

"White tee-shirt" (Micky Green)

Où je n'irai pas vous faire croire qu'on peut mettre le tee-shirt blanc sans soutif

Ma semaine du blanc, ça fait des mois qu'elle dure.
Même que, malgré mon intelligence arty ficelle, je n'ai toujours pas compris comment les tee-shirts blancs se dessinent tous seuls dans le clip de JUSTICE. Do the Di Hey En Ci i, OK, mais do comment le ticheurte, ça, ils vont pas m'aider.
Même que je pousse les radiateurs à fond au boulot pour pouvoir débarquer en teetee - gilet, et que les filles en pull mohair vont en cachette se remettre de l'Obao aux toilettes. Je pourrais, tout quitter, quitte à faire démodée (Michel D., Pour un flirt), pour un tee-shirt blanc. Mais pas n'importe lequel. Un tee-shirt blanc avec un joli dessin dessus (allitération en "s", pour les littéraires).

Alors, d'abord, mon rêve, ce serait un long tee-shirt blanc mou du cou imprimé d'une Garancerie . Mais les rêves, je les fais la nuit, et la nuit je mens, c'est bien connu. Et le jour, je repère. Y'a bien une créatrice qui dessine aussi bien que je danse le tamouré, c'est Lovisa Burfitt. Lovisa est rock, Souediche basée in Paris, et distribuée chez Colette. Mais Colette, elle habite à l'autre bout de Paname, et on est pas super keupines. Donc, Lovisa, à moins que tu aies besoin d'un modèle gratuit pour tes futures créas, je me contente de regarder tes oeuvres :

jane_b_body_blk_ptit_719303

Ouais, toute ressemblance avec Jane B., la reine du loose, n'est pas purement fortuite
Copyright Lovisa Burfitt

Burfittburfiit2

Les créas de Lovisa Burfitt, ça ressemble aussi à un pantalon taille haute tout bonnement canon

Puis, j'ai mis mon nez dans les affaires d'une autre, Esther Perbandt qu'elle s'appelle. Une Berlinoise qui aime le white and black, et le tee-shirt blanc imprimé. Une grande amie, donc.

estherperbandt1estherperbandt2

Photos Esther Perbandt. Disponible au 107 Rivoli (Paris)

Enfin, je suis revenue à la facilité. J'avoue. Mea-culpa, la grande Zoa avec ses grands jeunes créateurs est allée chercher dans la grande distribution son petit ticheurte long comme il faut, dessiné comme il faut, et que bientôt elle verra sur toutes les poitrines de Paris. Et elle vous le montre, pour la peine (qu'elle vous fait).

maje1majeriemaaaje

Tryptique façon Hans Holbein le Jeune, pour vous présenter le modèle "Bulle" de chez ... Maje

Oh di dou di dou di dou da, j'aime la tee-shirt sans accessoire, cheveux longs filasse et frange épaisse, yeux rimmelés et bouche nude. Jane B. sera d'accord avec moi. A porter avec soutif, mais sans seins, si possible.

Posté par Gall à 04:56:00 - Mustave - Commentaires [55] - Permalien [#]

11/02/08

"Monday, Monday, Monday" (Tegan and Sara)

pix1pix1Où je propose de dépenser du frique pour bien commencer la semaine et relancer la consommation

Travail, ciel gris, le métro bondé avec ce type imperméable qui vous vole le strapontin alors que vous descendez à l'autre bout de la ligne. On est lundi et franchement, ça va comme un lundi. Sauf ici, me direz-vous. Ici, c'est vendredi, car de ma souris magique, j'y fait la pluie et le beau temps. L'air du week-end dans les cheveux et une envie de jolies choses et de jeunes créateurs. De leurs jeunes et jolies choses. Alors, maintenant, on saute une étape puisque deux d'entre eux, et pas des moindres, viennent à vous. Nicolas Ghesquière (ou Dieu, pour les plus conservateurs) sait que je ne recommande que quand j'aime. Que quand j'aime une fois, c'est pour toujours (Francis C., éponyme). Nicolas G. est un romantique, et le site de ventes Fruit Rouge*, assez fantastique, de mettre à l'honneur cette semaine...

V de Vinster, tout d'abord, pour Virginie de Vinster, une créatrice toulousaine qui monte (pas qu'à Paris, d'abord). Une ancienne de la presse féminine, qui a très bien fait de quitter son clavier pour le crayon à dessiner. Les très select Olga, Almost Famous ou Moss in Paris garnissent leurs portants de ses merveilles épurées, ethniques juste ce qu'il faut. Chez Fruit Rouge, ils ont choisi ça :

max_1max_2

Pull taupe manches ballons, 75 euros, Robe en soie, 95 euros

Et si vous hésitez encore, parce que c'est lundi et que vous êtes d'une humeur à regarder le 13h de Jean-Pierre Pernaut, je sors mon plus bel atout : la deuxième créatrice du jour, Virginie Castaway, dont Punky vous avait opportunément parlé. Elle aussi, 7 ans d'ISEM et un poste de chef de produit dans une grande société de prêt-à-porter française ne lui ont pas suffi. Elle a pris l'air, Virginie, un séjour en Australie où elle a dessiné sa première collection tout en Liberty retrouvée et voile de coton. "Cast Away" pour "naufragée" car de son propre aveu, ce voyage a constitué une "renaissance". Jugez-plutôt :

DSC_0001DSC_0016

A gauche, le top Birdy à 47 euros, à droite le pull Fancy à 64 euros

DSC_0068DSC_0093

A gauche, le top Kate à 25 euros,  à droite Top Novelle à 57 euros

Alors, on arrête de me dire qu'on a pas la boutique à côté de chez soi, qu'on a claqué chez Sandro ce week-end ou qu'on préfère la moutarde en grains. C'est lundi, c'est jeune créateur, c'est l'été avant l'heure. Virginies ² le méritent bien, et vous méritez mieux que Jean-Pierre Pernaut. Définitivement.

* pour un parrainage, cliquer ici.

Posté par Gall à 01:47:00 - My favourite boutique - Commentaires [31] - Permalien [#]


09/02/08

"Carla" (Eddy Mitchell)

Ou vite fait, bien fait, mon quart d'heure cire-pompes

Le samedi, on va faire ses courses au Prisu, on sort Barnabé, Flore et Joseph, on se marie, aussi. Et c'est pas parce qu'on est le premier président yoggeur de l'histoire, ou mannequin-chanteuse-écrivaine-compositrice-actrice-photographe, qu'on n'a pas le droit de respecter cette tradition.
Il y a une semaine, la grande Carla et le petit Nicolas se disaient "Oui - Si", elle en Hermès, lui en ce qu'il veut, et scellaient d'une belle ring leur amour bling-bling.

Quoi de mieux qu'un cadeau à la mariée qui aime tout ce qui brille, pour fêter sa première semaine à l'Elysée ?

045048

Ballerines compensées H&M, 24,90 euros

Voilà Carla, me remercie pas on fait la même pointure. Si tu pouvais juste voir deux,trois petites choses avec ton époux au sujet de ma feuille d'impôts. Non, parce que c'est quelqu'un qui m'a dit, que ...

Posté par Gall à 05:35:00 - My Clothes - Commentaires [23] - Permalien [#]

08/02/08

"Red Lipstick" (Arno)

Ou comment on ne m'y reprendra plus, à jouer la Gwen Stefani du XXe

A force de voir nos stars chéries (Victoria Beckham, Katie Holmes... OK, Pénélopé et Nicole) arborer des manteaux tons sur tons sur les tapis rouges, à force de voir l'équipe de France taquiner  du ballon en maillot de corps écarlate, à faire pâlir tous les marquis de Sade, à faire rougir les putains de la rade (Michel S., "Je vais t'aimer"), j'ai commencé à développer une petit rougeole printanière. Rien de bien grave, mais l'envie d'une pointe de rouge dans mon océan bleu actuel, quoi de plus naturel.

mavieenrouge

Robe Isabel Marant, sac Erotokritos, pendentif New Look

OK, il y avait déjà tout ce qu'il fallait pour me soigner dans ma penderie. Mais titillée par les cherry lips d'Alix ou de Jeune Demoiselle, je me suis dit que ma façade aussi, j'allais la repeindre en rouge. Les lèvres, j'entends. Red Lipstick, ma révolution porte ton nom, moi la "nude girl" de l'Est parisien. Gwen S.,  Chloé S., à vos plantés de bâtons, la femme fatale arrive avec ses sautoirs Bambi.

rouge_l_vres042

A gauche, la situation purement fantasmée par Galliane et son outil de dessin
A droite, la dure réalité du miroir

Parce qu'on n'est pas dans les pages beauté de Bien dans ma Vie, je vous passe les détails de la première application de ce truc qui est sensé vous glamouriser à mort. Allez non, je ne vous passerai pas que ce machin sur les lèvres crée un joli ensemble bien harmonieux avec les boutons que vous essayez d'oublier et qui se sentent tout de suite en confiance. Le rouge à lèvres ne pardonne rien, c'est Gilda qui toise le monde et ses détracteurs, c'est Danton sur l'échafaud face à la foule, c'est vous- m'avez-bien-vu-vous-ne-m'oublierez-pas. Rouge terreur.

Y'en a un qu'est pas près de m'oublier, en tout cas, c'est mon Brun quand il m'a vue débarquer rougie du bout des lèvres. Marmonnant, "surtout, garder un air dégagé, mais quoi je suis comme tous les jours, hop, je n'ai pas vu que tu avais remarqué quelque chose je range mes affaires voilà. "
- "Qu'est ce que t'as fait à tes lèvres?"
- "Ah? Oh, j'essaie le rouge à lèvres, je trouve que ça te crée une personnalité en un rien de temps, ça rend mystérieuse..." (pas eu le temps de finir ma théorie de la sensualité selon Jean-Charles Bourjois).
- "Ah, j'aime pas. Ca te donne dix ans de plus. Tu fais vieille."

Bleu + rouge, ni une ni deux, mon Brun y a tout de suite vu ultraviolet. Moi, j'ai abdiqué. Red carpette.

fuck

Posté par Gall à 05:30:00 - My Life - Commentaires [43] - Permalien [#]

06/02/08

"E-rotic" (Madonna)

Ou cheveux longs, jupe courtes, marée basse, taille haute

A l'heure où l'aube blanchit encore la campagne, où vous dormez encore sur votre oreiller paré Sonia Rykiel, où les services de la voirie arpentent les rues éclaboussant d'eau les trottoirs, j'ai découvert le potentiel érotique de ma jupe. Comme ça. A 6h30 du mat', l'envie d'être sexy aussi forte qu'un Français en finale d'un grand Chelem. Dans l'oeil d'un gentil éboueur, au sifflet facile. A 6h30 du matin. A 6h30 du matin.

Il n'est nullement question  ici de disserter sur ce que je faisais dans la rue à 6h30 du matin, la France se lève tôt et n'a pas attendu que Nicolas S. distribue des subventions à Arcelor pour pas que Mittal détale. Un thé mentholé à la cafét' plus loin - la France se lève tôt mais a besoin d'une béquille - j'ai réfléchi. Calculé, à la vitesse qu'autorise un réveil à 5h55 du matin : 36 cm de longueur de jupe sur une jambe d'1m15, ça fait 79 cm de chair nue. Par 5°c. Collants en laine ou pas, ça me filait la chair de poule, c't'histoire. Et l'oeil stanley de l'éboueur lubrique de s'imprimer dans mon cerveau embrumé. 

minijupeminjupe3

LA minijupe Isabel Marant en jean

Vous allez me dire, on fait pas 1m80, ça nous fait une belle jambe ce que tu racontes. Parce que faire 1m80, c'est mener grande vie? Que nenni, et les avantages restent finalement assez limités. Après 3 jours à rédiger consciencieusement ce post, 3 coca -lights, un appel à une amie, et un rappel à l'amie pour m'excuser de mes questions cons à 23h58 "mais c'est pour mon blog - Ton quoi? - Salope!", je n'en ai vu que trois :

- Les rayons élevés des supermarchés, tu y as accès sans courir après le vendeur à escabeau qui "travaille pas, le lundi, enfin". Et tu fais ta BA de la journée en aidant la mamie Madeleine, sourire édenté qui te réchauffe le coeur. Socialement gratifiant.
- Les retards au boulot. Avec de longues jambes de fil de fer, tu peux atteindre une vitesse de pointe de 38 km/heure avec vent de six noeuds dans le dos, donc tu compenses le ratage de RER mais tu files ton collant. Professionnellement déterminant.
- La drague. Même si t'as une gueule de fille qu'a plus de crème matifiante et c'est dimanche, pour peu que tu aies un jean à ta taille et un trench qui cache ton tee-shirt "Don't touch", ben on t'accostera quand même en te demandant si t'es pas mannequin. C'est bien connu, les défileuses, c'est juste des filles grandes. Pas sublimes. Pas au grain de peau parfait. Narcissiquement valorisant, mais hypocritement rentre-dedans.

Après cette grande parenthèse, revenons à nos jupons. Au plus ils sont courts, au plus rétines et pupilles, les garçons ont les yeux qui brillent. Scientifique, génétique, automatique. Et ça, l'Isabel Marant l'a très bien compris. Même qu'elle a encore complexifié la chose en créant la microjupe taille haute. En chiffres, façon le Parisien éco : cinq centimètres de perdus sur le féminisme, 2 euros économisés en tissu, 6 euros en sus sur le ticket de caisse.

marantelle

Isabel Marant, collection printemps été 2008, photo Elle

Fuck les thés à la menthe, les collants en laine parce qu'il fera 30° et les leggings parce que y'a longtemps que ça se fait plus, on va faire comment, cet été ? C'est sûr, on n'aura pas chaud aux miches. Mais va falloir très sérieusement surveiller ses arrières.

Posté par Gall à 05:00:00 - My Clothes - Commentaires [61] - Permalien [#]

04/02/08

"Brad and Suzy" (Jude)

Où je dis que cet été, vous ne lirez pas Cécilia d'Anna Bitton sur la plage parce que ça suffit, mais vous porterez du Suzie Winkle parce que marre de la Cotonnade

Ca sonne British, ça sonne espiègle, ça sonne "venez-voir comment je suis belle". "Suzie Winkle". Jamais entendu parler, jusqu'à un Fresh matin d'hiver sur le salon Who's Next. Jamais vu, sans doute, sans que Flore, miss Eple & Melk, ne me tire d'emblée sur ce stand. Flore aime Suzie, Suzie aime Flore, Galliane aime Flore donc va aimer Suzie, elle est pas belle la petite maison dans la prairie la grande famille des jeunes créateurs?

Elle est belle, c'est bien ça le problème, et dans tous les sens du terme. Elle est belle comme une créatrice qui s'appelle pas Suzie, ce qu'elle précise avec des manières de chat, mais Laury, taille quasi mannequin dans ses low-boots André "achetées y'a deux ans" (dans ta face j'ai flairé la tendance) et robe taille haute hiver mi-tweed, mi-laine. Juste une écharpe à carreaux pour rehausser l'ensemble. Bleue, l'écharpe.

Elle est belle comme une collection printemps-été, la première alors de cette fille du commerce passée à Esmod, qui a ensuite enchaîné les stages et jobs divers chez Peclers ou Isabel Marant, six mois en Inde, et depuis styliste chez Kamakala. Mais on est là pour parler de Suzie Winkle, cette fille qu'existe pas, et pour la voir, surtout :

Un mix "Smoking + Gatsby + rétro 60", ça donne ça, cliquez grand pour admirer le travail

lauriesuiteLAURIE_NEW_15

Robe Brian, Gilet Albert

Je craque d'emblée sur Albert, mister popeline rayée, Laury conseille la jupe avec un tee-shirt rock sans âge ou un V Neck American Apparel, des Repetto ou des spartiates aux pieds. 

LAURIE_NEW_07 LAURIE_04

Le top à plastron et petits boutons noirs, Laury le casse avec un short en jean et des plateaux Chloé.

LAURIE_1laurieencore

Là, c'est Galliane qui parle, vous touchez à rien, le bloomer et le top Chris piqué en coton, ils vont parfaitement ensemble. Merci.

NEW_08

C'est à ce moment là que je dis que la fille qui pose, là, juste au-dessus, n'est autre que la créatrice elle-même. On en revient donc au point de départ : une fille qu'on adorerait détester², qui fait des merveilles de ses dix doigts alors qu'on sait en utiliser trois pour bloguer, gentille, Marante. Pff. Qui a le bon goût de déconseiller le total look Winkle et revendique le tee-shirt tout mou gris H&M, les K Jacques usées jusqu'à la corde pour souiller un peu ses délicates silhouettes. Pff. Avec le portrait que je vous avais dressé de Flore, vous l'avez adoptée d'emblée. Alors, Suzie Winkle, sa popeline et son rayé, m'est avis que votre penderie ne pourra bientôt plus s'en passer.

Suzie Winkle est disponible :
Bulle de Prune, 5 rue de Chavanne, Lyon
Dis-moi qui tu es, 11 rue Léon Nautin, Saint-Etienne
Paris : sans doute une boutique bientôt, mais surtout une vente privée en mars donc repassez tantôt pour toutes ces infos.

*Quelques pièces Eple & Melk Printemps-été vendues ici !

Posté par Gall à 04:13:00 - My favourite boutique - Commentaires [45] - Permalien [#]

01/02/08

"Paint it Blue" (The Rolling Stones featuring Vanessa Bruno)

Où parce que je ne dirige aucun parti politique (encore), je décide de tenir mes promesses

Paroles, paroles, paroles, ici, que je sème au vent de nos petites vies. Soit. Mais quand je balance de l'info, c'est de l'info, on est pas sur Direct 8. Il y a peu, je vous relatais mes coups de blues dans mes tenues hivernales et vous glissais, assez prophétiquement, que cet été, pour vous, pour moi et 300 millions de Chinois, ce serait LE GRAND BLEU. Vous en voulez la preuve?

bruno_t_1bruno_t_2

bruno_t_t4bruno_t_3

Collection Athé de Vanessa Bruno, Printemps-été , photos VB

Même que poète à ses heures, Vanessa nous explique que c'est de la maille de coton ajourée Yemen, ou du voile de polyester satiné, et je dis soit. M'enfin, c'est pas jaune de Damas, c'est bleu tout court.

brunoetet6brunoetet5

brunoete9brunoetet8

Collection Vanessa Bruno printemps-été 2008, photos V.B

Pendant que Carla brunit, Vanessa bleuit, c'est un fait. Jamais chiante, je me joins au mouvement, et puisque je ne pourrai pas me payer un Lune Bleu avant le retour de l'ère glaciaire, j'ai investi dans un vieux modèle Bruno proposé par l'AmEbay.

brunobleubluebag

lookbleu1lookbleu2

Silhouettes Grande Fille Modèle collection indéterminée 2008

Bleue formi formi da, mais pas cuicui dans le ciel, je préfère prévenir : si y'en a une ici qui ose m'appeler la Schtroumpfette, je lui schtroumpfe sa gueule à la récré. Qu'elle insiste, et je lui ouvre un compte à la Société Géniale. Avec carte bleue, s'entend.

Posté par Gall à 05:31:00 - Mustave - Commentaires [45] - Permalien [#]


Fin »