Les Grandes Filles Mode'lles

Futile, utile, bien dans ta ville

11/01/08

"Blue period" (The Smithereens)

Ou comment j'inaugure avec force cérémonie ma période bleue (fin 2007-2008 unlimited) Monomaniaque, monochrome, tout ce que vous voulez après tout, comment vous dire tout est bleu. L'envie du moment. Du vif, du dragée et surtout du marine car si en vraie neuneu, j'ai jamais rien compris au faux-noir, je sais que le marine en est un, c'est Marie-Claire (janvier 2008, p 145) qui l'a écrit et je fais toujours confiance à Marie-Claire. Un prénom bien rassurant, digne de confiance, pas comme Isa ou Lolie ou Julie. Et quand je lis ci et... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:00:00 - - Commentaires [55] - Permalien [#]

09/01/08

"Obsession" (Aventura, jusqu'à présent la pire réf. musicale de ce blog c'est dire mon humeur)

Ou comment, sans avoir vraiment prémédité mon coup, je fais grève le jour de l'ouverture des soldes En ce moment même, des cartes bleues frétillent, des jeunes femmes suent, des vendeuses hurlent et le patron du Printemps Hausmann, dans son grand bureau, fait les 100 pas, faut faire mieux que l'an dernier quand même. Les soldes. Et je ne vous en ai pas parlé. De mes repérages, vous n'avez rien vu. Certes, on a demandé mes conseils dans Elle, j'ai docilement donné, et quand la charmante journaliste m'a glissé "et la pièce que... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:01:00 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
08/01/08

"Shiny Happy People" (REM)

Ou comment il faut choisir son camp, car c'est Marie-Françoise C. qui l'a dit (ou Michèle F., je sais plus) Bling Bling, she shot him down, bling bling, he hit the ground. Quelqu'un m'a dit, que, Nancy Sinatra n'avait sûrement jamais écouté un disque de Carla Bruni, mais qu'elle avait un peu tout compris à sa belle histoire, chabadabada. Puisque dans l'air du temps, il va falloir faire sa Carla, je m'adapte. Sans vous livrer trois tomes et deux cheddars sur la théorie de l'évolution, on nous a dit, récemment, qu'il fallait choisir... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:03:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
07/01/08

"Vogue" (Madonna)

Ou comment il faut enterrer 2007, ses low-boots, les tailleurs blancs de Ségolène Royal et les colliers macarons En 2007, j'ai appris à parler chypriote, j'ai low-booté, j'ai foulardé, me suis enrobée, mise à plat et prise au débotté, tête de mortifiée, encabannée, encanaillée avec d'autres dures à cuir, et j'ai cru aux fées. En 2008, come on, Vogue, let your bodies groove to the music. Parce que Carine Roitfeld-dite "funny girl" dans les milieux autorisés- ne me l'a pas demandé, je lui ai accordé une interview exclusive... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:04:00 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
15/12/07

"White Christmas"

Sur la planète mode, et ce n'est pas le Nibelungenien Weinachtsmann Karl L. qui me contredira, on observe aussi la trêve de Noël. Mes paquets enrubannés, mes trois tonnes de bottes et vêtements envalisés, me voilà partie pour 18 jours de congés bien mérités. Mes vacances préférées, qui sentent bon le sapin, les biscuits chauds à la cannelle et la bise froide et humide de décembre. Il faudra faire sans moi, les filles ("ohhhhhhhhhhh"). Mais, comme j'aurai toujours le temps de venir vous lire à défaut de poster, j'organise... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:28:00 - Commentaires [46] - Permalien [#]
14/12/07

"The Greatest" (Cat Power)

Ou comment je m'autocongratule à quelques jours de Noël pour que le papa du même nom pense bien à mes petits souliers taille 41 donc grande contenance "Madame géniale se trouvait géniale. Elle n'avait pas tout à fait tort, mais elle n'avait pas tout à fait raison non plus". Cette sentence pleine de bon sens (une version simplifiée mais tout aussi forte du "cogito ergo sum" cartésien) ouvre le best-seller international Mme Géniale (Roger Hargreaves, 25 pages, Hachette jeunesse), ouvrage culte s'il en est de la... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:04:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

13/12/07

"Ring ma Belle" ( Jean-Michel Apeuprès)

Ou comment on sent que les vacances arrivent bientôt et que la bague, c'est jamais de la blague Quelques jours après notre première entrevue, un café Ruc entre Jules et Jim, on rapporte que Jeanne Moreau s'est mise à fredonner boulevard Henri Martin : "Elle avait des bagues, à chaque doigt, des tas de bracelets, autour des poignets, et puis elle chantait avec une voix, qui sitôt m'enjôla". Paraîtrait que c'est devenu une chanson culte, je peux pas vous dire, je n'écoute que du hip-hop estampillé Mickael Youn. Bref, la... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:05:00 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
11/12/07

"Ruby Tuesday" (The Rolling Stones)

Où je me rends compte que j'aurais jamais eu mon doctorat es gégène Ciel, mon mardi ! (Théâtrale, Judith Magre dans Judith, 1947).  Ciel mon post du mardi, devrais-je vitupérer même, devant votre empressement à filer direct, plus bas, voir la photo. Vous ne me la ferez pas. Je sais pourquoi vous êtes là, mes circonvolutions matinales n'y changeront rien. Vous, vous voulez voir ce que j'ai acheté chez New Look. Terre à terre. Ashes to ashes, funk to funky. C'est superficiel. C'est petit. Je pourrais continuer comme ça longtemps... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:00:00 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
10/12/07

"My perfect day" (Feeder)

Ou il est question en hiver de collection printemps-été New Look mais sans filles à poil dedans (j'anticipe les requêtes google) Je me souviens d'un temps où je ne rêvais pas encore de soldes presse Vanessa Bruno, ni de soldes presse Gaspard Ulliel au bras, ni de soldes presse tout court. Je me souviens d'un temps où CB ne voulait rien dire pour moi à part que les lettres de l'alphabet étaient inversées. Petite fille modèle, entre deux Marshmallows et mes Barbies adorées, je ne rêvais que d'une chose : passer une journée seule... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:04:00 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
06/12/07

"Substitute for love" (Madonna)

Ou comment je trouve un moyen détourné de parler vente presse mais pas que Mon histoire du jour, commençons-la par la fin. La Fontaine, assez bu de ton eau, la morale, chez moi, elle précède la fable et elle pourrait se résumer ainsi : "Si tu ne peux pas avoir Jude Law, ne va pas te satisfaire de Roland Giraud". Si tu vois pas bien de quoi il en retourne, suit ci-dessous une fashion métaphore pour compléter ce propos : "si tu ne peux pas avoir Yves Saint-Laurent, ne vas pas chez Camaïeu pour autant".... [Lire la suite]
Posté par Gall à 08:03:00 - - Commentaires [37] - Permalien [#]